Vincent, Promo 2011, Global Architecture & Design eCommerce Director chez L’Oréal

vincent bézard l'oréal luxe ecommerce

Un parcours de luxe. Après 3 ans et demi chez Baccarat, la plus grande cristallerie française, Vincent Bézard rejoint L’Oréal en juillet 2015. Aujourd’hui, il intervient sur l’UX design et l’Architecture des sites eCommerce du numéro un mondial de l’industrie cosmétique.

Vincent a étudié à l’IIM entre 2006 et 2011. Il est diplômé en management de la communication numérique et gestion de projet stratégique web.

Quelques mois en agence, puis en freelance

En dernière année de l’IIM, j’ai effectué mon stage chez Annov Agency en tant que responsable de pôle numérique. Mon profil était multitâche : gestion de projet, gestion de clientèle, développement, community-management et création de stratégie de communication. J’ai travaillé sur plusieurs comptes : Caperlan, Evian, Pioneer ou Solognac.

A la fin de mon stage, je me suis mis en freelance à temps plein. Mes missions avait trait à l’e-marketing et à la communication ; à la gestion de projet ; à l’e-commerce ; au référencement et au webdesign. Je suis aussi intervenu à l’IIM pour des cours en Management de projet.

Le tournant, l’expérience chez Baccarat

Au départ, j’ai travaillé 1 mois en freelance chez Baccarat : je devais simplement redimensionner des images. Puis on a prolongé de 6 mois ma mission, toujours en freelance, mais à temps plein. Je devais participer au lancement des sites eCommerce. On m’a ensuite proposé un CDD d’un an.

Le courant passait très bien avec la Directrice digitale eCommerce et je suis passé en CDI. Entré pour une simple mission, j’étais propulsé en contrat à durée indéterminé ! J’ai d’abord travaillé en binôme avec la Directrice, j’étais sa main opérationnelle.

J’ai lancé et géré 5 sites web pour la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Italie et l’Allemagne. Il fallait gérer le CRM, l’expérience utilisateur et l’expérience client, analytics, acquisition, etc. Une expérience très formatrice.

Je commençais à être chassé par des cabinets de recrutement. J’ai refusé plusieurs postes. Et l’offre de L’Oréal s’est présentée.

L’aboutissement : L’Oréal

J’ai été recruté pour le poste d’eBusiness Solution Strategist & eCommerce Manager pour l’Europe (Zone EMEA). Je coordonnais des projets de déploiement de sites. J’assistais les différents pays sur leur stratégie business pour des marques comme Lancôme, Yves Saint Laurent ou Biotherm, tout cela en manageant une équipe de 3 personnes et en harmonisant les actions des équipes internationales. Il y avait une bonne part d’organisation dans ce poste.

Aujourd’hui, après environ 50 sites lancés, je suis Directeur Global Architecture & Design de la solution eCommerce depuis 6 mois.

Je conçois toute l’expérience utilisateur en amont pour toutes les marques du groupe et j’analyse la performance des sites. L’équipe part du concept jusqu’à l’analyse des résultats. C’est un vrai challenge. Le travail est intense.

Ce qui l’IIM m’a apporté

J’ai connu l’école lors d’une Journée Portes Ouvertes. Je voulais entrer dans un établissement qui axe son programme sur des enseignements pratiques et je n’ai pas été déçu.

C’est le graphisme qui m’intéressait plus particulièrement. J’avoue que l’animation 3D, ce n’était pas vraiment ma tasse de thé. Mais c’est toujours utile de s’ouvrir à des disciplines différentes. J’ai préféré la dernière année de formation, lorsqu’il fallait construire un Business plan. La production durait 6 mois et ensuite on entrait directement dans le monde du travail. L’IIM m’a donné un profil multitâche qui m’a bien servi pour la suite de mon parcours professionnel.

Je sais maintenant que les soft skills sont enseignés au Pôle. C’est une excellente idée. Aujourd’hui, toutes les entreprises travaillent en mode projet. Il est essentiel de savoir comment se positionner dans une équipe.

Les jeunes arrivent dans l’univers professionnel sans savoir comment fonctionne un service. Aussi expert qu’on soit, il est important de savoir transmettre, même à ceux qui sont parfois plus âgés que soi.

Tout le monde n’a pas le même bagage numérique et il ne faut pas mépriser ceux qui ne savent pas utiliser les outils digitaux, mais les accompagner dans la transformation numérique avec pédagogie. Les plus anciens transmettent leur expérience de l’entreprise et du secteur. C’est donnant-donnant On doit prendre le temps de lever la tête de son ordinateur pour communiquer avec les autres.

Mes conseils aux étudiants

Ils sont nombreux ! Si je devais résumer :

  • Ne pas faire la fine bouche devant les premières opportunités de carrière, même si elles ne vous semblent pas « à la hauteur ». Je suis entrée chez Baccarat pour un job en freelance d’un mois, j’en suis ressorti avec un CDI. Toute mission est bonne à prendre.
  • Il ne faut pas être trop gourmand au niveau du salaire. Cela viendra peu à peu et pas aussi lentement qu’on le croit.
  • Mais attention : on ne doit pas non plus se brader. Lorsqu’on est indépendant, certains clients ne veulent pas vous payer, mais proposent en échange de mettre votre nom en bas de leur site. Dites non, ce n’est pas correct. Tout travail mérite salaire.
  • Si vous souhaitez lancer une startup, soyez prudent. On parle souvent de ceux qui réussissent, moins de ceux qui échouent. Prenez en compte cette dimension avant de vous lancer.

Plus d’informations sur l’axe métier Communication digitale et e-business de l’IIM et le Mastère Stratégie e-Business