Opération court-métrage : 5 jours pour tourner un film

electif court metrage IIM cinema realisation video - Opération court-métrage : 5 jours pour tourner un film

Moteurs, action ! Du 13 au 17 mai puis du 20 au 24 mai, deux groupes d’une vingtaine d’étudiants de quatrième année ont relevé le défi de réaliser un court-métrage de deux minutes en une semaine. De l’écriture du scénario au montage, aucun détail n’était laissé au hasard. 

Les cours électifs permettent aux étudiants de l’IIM de suivre un module d’une semaine sur des sujets divers et variés, de la robotique au japonais en passant par l’impression 3D. Ouvert aux étudiants de tous les axes, l’électif Création Vidéo était assuré par deux producteurs et ne nécessitait aucun prérequis de la part des étudiants. 

Du scénario au clap de fin 

IIM court metrage - Opération court-métrage : 5 jours pour tourner un film

Silence plateau, ça tourne !

Les étudiants devaient écrire, réaliser et produire un projet audiovisuel. Durant l’électif, les producteurs leur ont enseigné toutes les phases de conception mais aussi les clefs pour comprendre les enjeux artistiques qui composent un court-métrage réussi. 

« Même si la technique est très importante, je mets davantage l’accent sur la créativité. Mon but est aussi de les aider à coordonner leurs idées, à les organiser et à les mettre en place. La priorité est portée sur la qualité du scénario, de la conception de l’histoire, » Mathieu Salomé, intervenant du module du premier groupe.

Les étudiants étaient répartis en plusieurs petits groupes, au sein desquels chacun occupait un poste précis dans les étapes de la confection du film : le producteur, le directeur de production, le réalisateur, le directeur technique et le directeur de post-production. Ces fonctions étaient imposées par l’intervenant, mais les étudiants étaient libres de choisir quel statut ils allaient occuper. 

« Je ne leur ai pas imposé de thème, ils pouvaient faire le film qu’ils voulaient pour les laisser s’amuser avec leur création. Dans mon groupe, ils ont tous opté pour de l’humour et de la fiction. » dit Mathieu Salomé. Les projets du second groupe étaient plus divers.

Chaque rôle est indispensable au bon fonctionnement du groupe et du projet, et influence une ou plusieurs étapes du tournage. Le but est de faire comprendre aux étudiants ce qu’est la confection de vidéo, de leur faire prendre conscience de tous les petits détails et de tout ce qu’il y a à mettre en place sur un tournage. De manière très accélérée, ils ont appris la technique, la dramaturgie, le découpe technique, le maniement du matériel et le montage sur Adobe Premiere Pro. 

Le tournage se déroulait uniquement sur une journée, puis les étudiants avaient une demi-journée pour la post-production (montage, léger étalonnage et mixage son, etc.). Comme le temps ne leur laissait pas le loisir d’organiser un casting, ils ont pour la plupart assuré le rôle d’acteurs. 

Plan rapproché sur les soft skills

cours conception video IIM electif - Opération court-métrage : 5 jours pour tourner un film

En plein découpage technique : il faut de la rigueur !

 Tourner un court-métrage nécessite de nombreuses contraintes et compétences. Le but n’était pas d’en faire des réalisateurs, mais de leur faire découvrir les coulisses d’un tournage. « Les étudiants ont choisi de participer à ce module, ils ont donc tous déjà une appétence pour la réalisation. Certains avaient de l’expérience derrière la caméra ». 

Si l’IIM ne forme pas directement aux métiers du cinéma, de nombreuses associations abordent ce sujet, comme Pôletech ou De Vinci Studio. Certains étudiants de l’axe Animation 3D choisissent également de poursuivre dans cette voie, d’autres encore réalisent des courts-métrages par hobby.

La réalisation d’un court-métrage demande beaucoup de rigueur, de créativité et d’esprit d’équipe. Il faut savoir trouver le bon équilibre entre la fibre artistique et les contraintes techniques, afin de centraliser ses idées. Il faut également se montrer très responsable. 

Mathieu Salomé prend beaucoup de plaisir à enseigner son art aux étudiants : « j’aime les idées que peuvent apporter les générations plus jeunes, ils ont une approche fraiche et moderne. C’est intéressant de voir comment ils abordent chaque type de média audiovisuel. Je remarque aussi que très souvent, les étudiants au sein d’une même classe vont avoir de même genre d’idées. Il y a une sorte de synchronisation sociale. » 

Les courts-métrages des étudiants

  • Jour J
  • Le Fabuleux Destin de l’Homme Trottinette

 

Intéressé(e) par les métiers de la création ? Retrouvez tous les axes métiers sur le site de l’IIM, Grande Ecole du Digital.