Shaunz, directeur sportif e-sport et prof à l’IIM

une shaunz - Shaunz, directeur sportif e-sport et prof à l'IIM

Joueur professionnel, streamer, coach, directeur sportif, Kevin Ghanbarzadeh, plus connu sous le nom de Shaunz, est un expert en ce qui concerne l’e-sport. Il est désormais enseignant à l’IIM où il intervient sur un module de « Découverte de l’e-sport et compréhension de l’écosystème ».

Depuis novembre, Shaunz, figure emblématique de la scène e-sport en France, est intervenant à l’IIM pour le MBA spécialisé vidéo game management et le mastère production et marketing du jeu vidéo. L’ancien joueur, désormais directeur sportif pour une des plus grandes équipes de League of Legends en France revient sur sa passion pour l’e-sport et sa première expérience en tant que prof à l’IIM. Une nouvelle casquette professionnelle qui lui permet de transmettre son expérience aux futurs acteurs de ce secteur grandissant.

Enseigner la passion pour l’e-sport

Ce que j’aime énormément dans l’e-sport, c’est que toutes les personnes qui travaillent dans ce domaine sont vraiment des passionnées. Il y a de plus en plus tout un écosystème qui évolue. C’est très excitant de pourvoir être pionnier dans cette industrie. Il y a une réelle plus-value pour les étudiants. Le but ici, c’est d’avoir une compréhension rapide et efficace pour arriver dans le monde du travail avec des connaissances bien particulières.

Avant d’être intervenant à l’IIM, j’étais joueur professionnel de League of Legends, ensuite, j’ai été coach, puis directeur sportif de l’équipe Vitality. En parallèle, j’étais également streamer de League of Legends sur la plateforme Twitch. Je commente aussi des parties sur différentes plateformes. Aujourd’hui, j’ai décidé d’être professeur à l’IIM, car j’ai touché plusieurs petits cœurs de métiers dans ce domaine qui me donnent l’opportunité de donner mon expertise sur l’e-sport.

Directeur sportif e-sport, un nouveau corps de métier

Je suis également directeur sportif pour l’équipe Vitality, une des plus grosses équipes françaises en matière d’e-sport. Ce poste fonctionne comme dans l’univers du sport. Le directeur sportif gère les différentes équipes, les liens entre elles et prend des décisions en fonction. Nous avons plusieurs équipes avec différents jeux : League of Legends, Hearthstone, Counter Strike, Rainbow Six, Fifa…

J’ai eu à m’occuper de 45 joueurs à différentes échelles. D’une manière logistique, par exemple pour l’envoi à des évènements, ou pour des partenariats, par exemple HP ou Adidas qui me demande de faire des contrats avec des joueurs. Je me retrouve donc entre les deux et il faut que je gère les interactions. C’est un métier où tu développes tes compétences au fur et à mesure, sur le terrain.

Comprendre un écosystème en pleine évolution

Mon cours s’intitule « Découverte de l’e-sport et compréhension de l’écosystème ». Dans ce cours, j’explique aux étudiants les différents acteurs principaux du secteur, afin qu’ils ne les confondent pas et qu’ils paraissent crédibles ensuite. J’ai introduit la notion de « découverte » parce que parfois, tout le monde ne sait pas forcément ce que cela représente. L’e-sport est une petite niche, mais une fois qu’on rentre dans cette bulle, on peut y être bien. J’essaie d’être cette passerelle entre les étudiants et le monde de l’e-sport. Le jour d’un entretien, si on leur demande ce qu’est l’e-sport, ils sont en mesure de répondre.

L’idée à travers mes cours, c’est que le monde du jeu vidéo, c’est quelque chose d’important. Parmi les différents domaines, on retrouve le gaming, et l’e-sport en fait partie. Pour les étudiants, l’enjeu, c’est d’abord de pouvoir différencier ces aspects. Demain, quand ils seront chefs de projet, chez Ubisoft, Activision ou Blizzard par exemple, ils doivent comprendre qu’il y a une dimension e-sport à prendre en compte. C’est-à-dire faire attention aux nombres de vues que tu fais quand le jeu est publié, l’engouement autour, la discipline et la compétition derrière, etc. Quand tu sors de l’IIM ou de n’importe quelle autre école, c’est bien d’avoir ces notions. Les étudiants peuvent ensuite penser à la dimension e-sport d’un jeu lors de son développement et gagner des semaines de recherches, car la plupart des acteurs spécialisés ne sont pas forcément accessibles.

Une découverte des différents acteurs de l’e-sport

Pendant les cours, je leur apprends les différents angles d’approche, on va partir du plus macro au plus micro. Je commence par leur faire comprendre les différences entre les marques qui investissent, les joueurs, les équipes, les ligues, les canaux de diffusions et les fans. Ensuite, je rentre plus dans la bulle avec eux. Je leur parle des joueurs, comment ils sont représentés par des équipes, comment tout cela marche au niveau des contrats. Aujourd’hui, des agences de talent spécialisées e-sport se créent aussi. Nous allons aussi voir l’engouement autour des gaming houses, des maisons dans lesquelles les joueurs vivent et jouent ensemble.

Petit à petit, je leur montre que l’e-sport est une vraie bulle où des petits groupes d’acteurs interagissent entre eux. Ensuite, on zoome ensemble sur les différents acteurs pour découvrir comment chacun fonctionne. Par exemple, nous avons vu comment marchait le ROI (retour sur investissement) d’une marque dans l’e-sport, comment un joueur peut se sentir dans le milieu, comment les fans interagissent avec eux,etc.

Un partage de connaissances

À la fin, si l’étudiant a compris tous les enjeux de l’écosystème, il passe un oral où il me l’explique. Je leur donne cinq sujets, ils en choisissent un. Les sujets sont très variés. Il est important de comprendre que dans l’e-sport, il y a une dimension pionnière et un peu différente des autres. Par exemple, la place des femmes dans l’e-sport peut être un sujet. Il s’agit donc de se demander qui sont les ambassadrices du milieu, est-ce qu’il y a des joueuses, pourquoi il y en a si peu, etc. Je peux aussi leur demander quelle sera la place de l’e-sport dans cinq ans.

Il y a plusieurs angles d’attaque, et je veux que les étudiants arrivent à les avoir. Je ne suis pas forcement là pour les noter et leur dire que ce qu’ils ont fait est bien ou mal. Mais plutôt de leur montrer qu’ils ont essayé de comprendre un écosystème particulier et ce qu’ils en ont ressortis. Je suis là pour leur montrer quelle direction prendre et là où il faut aller pour ne pas trébucher dans son parcours.

Je me suis spécialisé avec League of Legends, c’est avec ce jeu que j’ai fait ma carrière. Mais j’ai eu la chance de joueur à d’autres jeux comme Dota, Starcraft, Counter Strike ou Hearthstone, donc j’ai une compréhension assez intéressante des différents milieux. En cours, quand je donne des cas pratiques, j’utilise League of Legends, car je connais très bien pour avoir vécu dans le milieu. Par contre quand on travaille sur de la théorie, j’essaie de fonctionner autrement, d’utiliser différents exemples. Parler de différents jeux, c’est quelque chose que j’ai très envie de faire dans le futur.

Continuer à proposer une passerelle grâce à ces connaissances

Beaucoup de questions se posent par rapport à mes futurs projets. Notre milieu avance très vite. Un an et demi en arrière, j’étais coach d’une équipe de League of Legends, je n’étais pas à Paris et je n’avais pas tout cet environnement autour de moi. Beaucoup de choses ont changé et changent encore. C’est donc difficile de se projeter parfois et de s’imaginer comment le secteur va évoluer.

Personnellement, je veux continuer à me développer et créer de nouveaux projets. C’est comme ça que je m’épanouis et j’ai la chance de pouvoir le faire. En tant que professeur, c’est ma première expérience cette année, mais j’aime beaucoup. Je pense que je peux encore être meilleur, et j’ai moi-même appris au contact des étudiants. On ne peut pas devenir intervenant du jour au lendemain, mais j’ai envie de m’améliorer pour guider les prochains acteurs sur la bonne voie.

Je pense pouvoir faire comprendre l’e-sport, car je l’ai vécu sur plusieurs angles différents. J’ai vraiment été sur le terrain. L’exercice ici était de retranscrire en théorie ce que j’ai expérimenté en pratique. Cette expérience était vraiment passionnante. Maintenant que j’ai franchi la première étape, je vais pouvoir plus facilement aiguiller les prochains étudiants, donc je pense que c’est vraiment parti pour une deuxième année.

Des conseils ?

Le principal conseil que je donnerais aux étudiants, c’est d’être très curieux. Souvent, dans l’e-sport, on crée des besoins et ensuite, on les applique. Par exemple, avant, avoir un coach dans une équipe ne paraissait pas évident. Il y avait 5 joueurs, peut être un manager pour s’occuper des déplacements et c’est tout. Petit à petit, certaines personnes se sont dit que ce ne serait pas mal d’avoir un coach qui aiguille sur les choix que peuvent faire les joueurs et aide au niveau tactique.

L’idée dans l’e-sport, c’est que si jamais tu as une idée en tête, tu sors d’un cursus video-game management, alors lance toi. Dans ce milieu, c’est possible. Il y a toujours une opportunité dès lors que tu es débrouillard, proactif et curieux. Tout le monde peut se lancer !

Intéressé-e par les métiers de l’e-sport ? Découvrez l’axe métiers Jeu Vidéo de l’IIM.