Comment les séries nous rendent accros via les médias et réseaux sociaux

winter is coming - Comment les séries nous rendent accros via les médias et réseaux sociaux

Combien de fois vous êtes-vous couché à 6h du matin à cause des séries, qui, grâce à leur formidable cliffhanger vous obligent à enchaîner les épisodes ?

Quand on aime, on ne compte pas dit le dicton… On ne compte pas non plus les heures passées à traquer les moindres infos sur les séries quand on est fan, car ils sont forts les community manager des séries et savent comment nous rendre encore plus accros. Quels sont leurs secrets, et comment arrivent-ils à nous toucher aussi facilement ?

Les personnages au coeur du processus

Les personnages jouent évidemment un grand rôle dans l’importance que tient une série à nos yeux. Qu’on les aime, les envie, les déteste au point de leur souhaiter une mort lente et douloureuse, ce sont eux qui font vivre la série, et leur communication 2.0.

Cette haine peut d’ailleurs toucher les acteurs eux même, comme Anna Gunn (Skyler White dans Breaking Bad)  en a récemment fait les frais : les fans ne faisant plus la distinction entre fiction et réalité, elle a été la  victime de harcèlement sexiste à cause de son personnage.

Certaines séries n’hésitent pas à représenter leurs personnages sur les réseaux sociaux en créant, en plus de la fanpage générale de la série, un compte personnel pour chacun des personnages clés, comme par exemple Glee. Pour ceux qui ne connaissent pas, Glee c’est une sorte de High School Musical sur 6 saisons, où des jeunes passionnés de chant (passion TRES originale) se retrouvent dans un club pour faire des prestations digne des MTV Music Awards sur fond d’histoires d’amour, de pom-pom girls et de trahison.

Les producteurs ont bien compris qu’il y avait quelque chose à tirer de tous ces personnages en contexte hors télévisuel, car même si la passion de la musique les rassemblent, ils ne se ressemblent pas et ont chacun leur propre façon de s’exprimer. Ils ont donc chacun leur page Facebook suivies par plus d’un million de personnes pour les plus populaires : les personnages interagissent avec les internautes sur un certain nombre de sujets ayant trait à leur vie dans la série (tiens, on dirait du crowdsourcing de scénario…), et s’expriment de la même manière que dans leur vie télé, de quoi créer un VRAI sentiment de proximité avec les fans. Les comptes sont toujours visibles, cependant leur activité a cessé en même temps que la série en 2013.

 

Le Facebook de Glee : https://www.facebook.com/Glee?fref=ts
Le Facebook de Rachel Berry : https://www.facebook.com/RachelBerryGLEE?fref=ts

L’interactivité augmente lorsque les personnages sont confrontés à un problème : la réalité vient compléter alors une nouvelle fois la fiction. Un cas français cette fois puisqu’il s’agit de « Plus Belle la Vie », qui réunit plus de 4 millions de téléspectateurs tous les soirs et près d’1,5 millions de fans sur Facebook. Dans le quartier du Mistral, il ne se passe pas une journée sans qu’un habitant meure,  disparaisse ou soit témoin d’un braquage.

Exemple récent avec Mélanie, un des personnages phares de la série qui sollicite l’avis des internautes pour sauver son couple. Pour cela, les fans sont invités au travers de « LoveLooz » (crée par la série), un réseau social qui permet de partager ses déboires amoureux, à aider Mélanie.

Les internautes ayant réussi au mieux les missions, seront invitées sur le plateau afin de devenir les « coachs affectifs » de Mélanie. Un cas d’interactivité où les fans peuvent  influencer la suite des aventures de leur héros préféré.

Lovelooz le réseau social crée spécialement par Plus Belle la Vie

Lovelooz le réseau social crée spécialement par Plus Belle la Vie

Le site de Lovelooz : http://www.lovelooz.com/

Bon, là c’est sympa, les personnages sont gentils on les aime bien, on les aide … Mais qu’en est-il des méchants ? Parce que c’est pour eux qu’on regarde quand même ! Eh bien, les méchants, on les insulte, et avec la bénédiction de producteurs en plus !

Game of Thrones, qu’on ne présente plus, presque 14 millions de fans sur sa page américaine, 2 millions d’abonnés twitter, un tumblr, un instagram, un vine … a réussi à faire de Joffrey le personnage de série le plus détesté de l’histoire des séries.

Pour cela un hashtag #roastjoffrey, littéralement « Brûle Joffrey »,  a été lancé et a récolté plus de 100 000 tweets de la part des spectateurs mais également des marques qui se sont greffées sur le buzz (Oreo, AubonPain …) !

Game of Thrones //
Facebook  : https://www.facebook.com/GameOfThrones
Twitter : https://twitter.com/gameofthrones
Instagram : http://instagram.com/gameofthrones
Vine : https://vine.co/GameofThrones

Du contenu, toujours du contenu … créé principalement par les fans

Si les productions veulent tenir en haleine les téléspectateurs, il faut les occuper. Heureusement, ces derniers ne sont pas compliqués : ils veulent du contenu, du contenu et du contenu. Mais attention, pas n’importe quel contenu,  mais du bon, de l’inédit !

Alors comment font les séries pour les satisfaire toujours plus ? Elles balancent des photos avec des petites punchlines tirées directement des épisodes (logique) « Winter is Coming » (GOT) ou encore un bon vieux « Stay out of my territory » à la Walter White. En plus des concours, backstage … les teasers sont lancés sur les réseaux sociaux, et même les teasers de teasers via vine pour Game of Thrones, « mieux vaut faire trop que pas assez ».

Deux mots d’ordre : exclusivité et viralité.

Première épisode, on en parle encore

Premier épisode, on en parle encore

No spoiler !

No spoiler !

Créer du contenu c’est bien, en faire générer par les fans c’est mieux ! Game of Thrones a par exemple lancé un tumblr sur lequel sont relayés tous les fanarts : dessin, vidéo, textes … Au-delà de montrer par ce biais que les fans sont importants, cela leur évite également d’en produire pour tumblr.

Plus encore, cette série sait trouver une véritable utilité à chaque réseau : tumblr pour le contenu ART, Twitter pour les questions réponses, Vine pour les teaser, Instagram pour les produits dérivés …

Si jamais les fans manquent d’inspiration, la série suggère des idées virales : pour Halloween une opération « déguise-toi comme eux » a ainsi été lancée, les photos étant ensuite rendues disponibles sur la page Facebook.

Les artistes à l'assaut de GoT

Les artistes à l’assaut de GoT

Walking Dead, autre monument, a laissé pour sa part les internautes français faire sa publicité lors de l’arrivée de la série sur NT… Suite à la contamination simulée de certains employés de NT1, trois consignes sont laissées aux internautes sur le site web :

  1.  Ne les attirez pas en tweetant le hashtag #WalkingDeadNT1
  2.  Ne commentez pas nos posts #WalkingDeadNT1 sur notre page Facebook officielle NT1
  3.  Ne commentez pas le site www.walkingdeadnt1.com 

En mode psychologie inversée de base, près de 30 000 personnes se sont alors empressées d’enfreindre ces règles en seulement 2 semaines, augmentant alors le nombre de fans facebook de 22%, et celui de Twitter de 12% pour plus de 550 000 impressions générées.

Au final, ce sont beaucoup plus que des communautés qui sont créées au travers de la communication digitale, c’est de l’adhésion à un ou des univers, transposés sur le web. La stratégie digitale des productions de séries a certes pour objectif de renforcer une communautés, mais également d’en recruter de nouveaux , en faisant de ses fans le vecteur principal de sa communication digitale.