Étudier au Canada : Valentine, promo 2019, en échange à Vancouver

Valentine Holvoet, IIM promo 2019, revient d’un semestre au Canada, au British Columbia Institute of Technology (BCIT). Elle a choisi le parcours international afin de perfectionner son anglais et découvrir une nouvelle culture, loin de la vie parisienne.

Le Canada est la 8e destination mondiale préférée par les étudiants en échange universitaire. Vancouver est quant à elle en 13e position des villes les plus prisées par les étudiants. Parmi les 2,3 millions d’habitants, environ 74 000 sont étudiants dont 23 % d’étrangers. La ville bénéficie d’un cadre de vie accueillant, entre montagnes, mer et forêts. C’est à seulement 15 minutes de Vancouver que se trouve le campus du BCIT où Valentine a passé son semestre en échange. Une expérience dépaysante.

Attirée par le milieu du digital et multimédia avec un parcours international

J’ai 22 ans et je suis actuellement en stage en agence de communication chez Ogilvy Paris où je suis Assistante Designer UX / Directeur Artistique. Je suis en quatrième année en parcours international, j’étais au Canada lors du premier semestre. J’ai choisi le Mastère Direction Artistique de l’Axe Création et Design. J’ai intégré l’IIM dès la première année, je cherchais une école dans le milieu du digital/multimédia sans avoir une vision très nette de ce que je voulais faire par la suite, je savais juste que le domaine me plaisait.

Visite du parc naturel de Whistler

Ayant toujours eu un grand intérêt pour l’étranger et l’anglais, je recherchais particulièrement une école avec des cours d’anglais et un parcours international.

La première raison était de pouvoir parler anglais et progresser. J’ai été attirée par la découverte d’une nouvelle culture et mode de vie, ayant toujours vécu en région parisienne. Je souhaitais partir dans un pays anglophone, le Canada était donc mon premier choix. Le pays est éputé pour être agréable à vivre avec beaucoup d’espaces naturels, cela m’a beaucoup motivée pour effectuer cet échange. Me rendant compte de l’importance de l’anglais dans le monde professionnel actuel, faire un échange et avoir un bon niveau d’anglais est un moyen de se démarquer.

Un campus accueillant et animé

J’étais au British Columbia Institute of Technology à Vancouver. L’université est énorme avec plusieurs campus. Le principal où j’ai étudié est à 15 minutes de Vancouver. BCIT a une très bonne réputation. Le campus a son propre bar, restaurant, boutique officielle et de nombreux endroits pour manger. Il y a également des résidences où loger, mais peu d’étudiants arrivent à avoir une place.

L’association dédiée aux étudiants internationaux est très active et propose régulièrement des activités : match de hockey, blindtest musicaux, journées à thème, week-end à la montagne. En début d’année, des week-ends et journées d’intégration étaient organisés.

Tous mes cours étaient en anglais, j’étais dans une classe avec des Canadiens et d’autres étudiants venant des quatre coins du monde. Étant une étudiante en échange, j’ai suivi quatre cours au lieu de huit comme les autres étudiants suivant un cursus normal. Marketing, Communication, de la gestion de projet et des cours sur les logiciels Microsoft Office.

Randonnée dans le parc régional de Whistler

J’avais environ quatre heures de cours par jour. Nous avions du travail à faire individuellement, mais également plusieurs projets à faire en groupe. La plus grande différence avec les cours à l’IIM était le fait d’avoir des partiels en Octobre ainsi qu’en Décembre. Il y avait donc une charge de travail assez importante lors de ces périodes, autrement le rythme m’a largement permis de profiter de la ville et visiter les alentours. J’ai été très bien reçue. Les professeurs sont dans l’ensemble très heureux d’accueillir des étudiants étrangers et n’hésitent pas à proposer leur aide.

Un personnel présent tout au long du séjour

Le personnel de BCIT s’occupant des étudiants en échange est très présent et m’a accompagnée afin de ne manquer aucun événement pendant le semestre. J’ai noué plus de liens avec les autres étudiants également en échange, principalement européens, car les étudiants locaux étaient très occupés par leur emploi du temps chargé et travail personnel.

Le port intérieur de la ville de Victoria

Grâce à un mentor qui a été attribué à chaque étudiant, j’ai pu connaître une Canadienne avec qui j’ai passé pas mal de temps et qui m’a fait visiter les alentours.

J’avais cours le matin et en général l’après-midi si je n’avais pas trop de travail, j’allais me balader en ville où il y a la plage, un grand parc et des rues commerçantes. Vancouver n’est pas très grand, mais aux alentours il y a de nombreuses randonnées à faire accessibles en transports ou à quelques heures de voiture. Je me rendais assez souvent à la salle de sport du campus accessible gratuitement pour les étudiants ainsi que sur de nombreux terrains de sport pour pratiquer basket, tennis, badminton, hockey…

Découvrir l’Amérique du Nord

Vancouver étant à 45 minutes de la frontière des États-Unis, j’ai pu faire un week-end à Seattle avec d’autres étudiants ainsi que quatre jours à San Francisco qui est à deux heures d’avion. Lors du week-end d’intégration, je suis allée à Victoria et Whistler, la station de ski où se sont déroulés les JO d’hiver de 2012. J’ai trouvé un logement à dix minutes à pied à peine du campus, ce qui a facilité mes déplacements, les transports étant plutôt chers (90 € par mois environ) je faisais en sorte de ne pas les utiliser tous les jours. J’ai trouvé mon logement via Airbnb où je louais une chambre dans une maison partagée avec deux autres personnes, où la famille occupait l’étage au-dessus, pour 500 euros par mois.

Un match de Hockey, sport national du Canada

Le coût de la vie revient assez cher, mais grâce à la différence entre le dollar canadien et l’euro, c’était tout de même possible de sortir sans trop dépenser. Le bar du campus a des prix pour les étudiants et il y a un grand centre commercial avec un supermarché abordable à dix minutes du campus. Une grande partie de la population de Vancouver étant asiatique, la nourriture japonaise est particulièrement intéressante et il est possible de manger des sushis très bons pour environ 5 euros.

Des conseils ?

J’ai choisi de revenir à Paris pour le stage du second semestre, ayant trouvé un stage dans une agence me plaisant. Dans le futur, si j’ai l’occasion de partir à l’étranger, je le ferai sans hésiter, car cette expérience a été largement positive et m’a fait beaucoup découvrir. Pour Vancouver, nous étions trois étudiantes de l’IIM, nous avons donc pris contact et avons pu voyager ensemble dans l’avion à l’aller et au retour. Grâce aux associations, les rencontres se font rapidement, c’est donc très facile de se sentir bien entourée.