L’emploi dans le secteur de l’animation d’après une étude du CNC : les salaires et les emplois sont en hausse sur la décennie 2010-2020

cnc etude animation 3d iim - L'emploi dans le secteur de l'animation d'après une étude du CNC : les salaires et les emplois sont en hausse sur la décennie 2010-2020

Le CNC (Centre National du Cinéma et de l’Image Animée) a publié une étude sur le marché de l’animation. Cette étude, réalisée conjointement par la Direction de l’audiovisuel et la Direction des études, des statistiques et de la prospective, vise à informer sur l’évolution de chaque aspect de l’animation.

L’étude comprend une section « emploi », qui se concentre sur les entreprises, la masse salariale et ses effectifs, les salariés permanents, les intermittents et les métiers de l’animation de manière générale.

Le nombre d’entreprises de production d’animation et les emplois en hausse

Au cours des dernières années, le nombre d’entreprises de production d’animation et d’effets visuels est en augmentation. Entre 2009 et 2018, le nombre de sociétés progresse de 24,6%. Il s’agit en grande majorité de petites structures. En 2018, 14 entreprises ont déclaré une activité relative à la production de films d’animation et d’effets visuels.

En cinq ans, on compte 2 000 emplois supplémentaires : sur la période 2009-2018, l’emploi dans les entreprises de production de films d’animation et d’effets visuels augmente (+47,9% et plus de 2400 emplois supplémentaires sur la période) avec une accélération sur la période récente. Les effectifs ont progressé de 36,1% pour atteindre près de 7 500 salariés, pour une masse salariale de près de 161,9M€.

Le nombre d’entreprises de taille moyenne est en forte hausse sur la décennie. En 2018, 27 entreprises ont déclaré 6 à 10 salariés permanents au 31 décembre, soit plus du double par rapport à 2009. Il s’agit du plus haut niveau observé sur la décennie illustrant ainsi le développement de la filière reconnue sur le plan international.

 2009201020112012201320142015201620172018
Sans permanent33334240393639363637
De 1 à 5 salariés52465251575661555956
De 6 à 10 salariés12171819161716262127
De 11 à 50 salariés16161517181716182322
Plus de 50 salariés11112111--
Total114113128128132127133136139142

Hausse du nombre d’heures travaillées pour les intermittents et hausse des CDI

Entre 2009 et 2018, l’emploi dans les entreprises de production de films d’animation et d’effets visuels augmente. Après une croissance annuelle moyenne de 4,8% entre 2009 et 2013, la masse salariale connaît une forte croissance de 11,3 % en moyenne par année entre 2014 et 2018.

A l’instar des autres entreprises du secteur audiovisuel et cinématographique, le recours aux intermittents est la pratique dominante des entreprises produisant des films d’animation et d’effets visuels. En 2018, 85,7% des salariés sont intermittents. On peut constater une hausse du nombre d’heures travaillées par les salariés intermittents, qui est en moyenne de 815h en 2018 contre 796 en 2017.

Sur la période observée, le nombre moyen de salariés en CDI chaque année est de 678. Il augmente régulièrement depuis 2013, pour atteindre 882 en 2017, record de la décennie. Ces CDI concernent majoritairement des emplois qualifiés : pour les deux tiers d’entre eux, il s’agit de postes de cadres. Ces postes correspondent entre autres à des métiers de directeurs de studio, de directeurs de production ou encore d’ingénieurs R&D.

En 2018, il y a presque autant de femmes que d’hommes en CDI à temps plein, et on constate une féminisation des postes de cadre entre 2009 et 2018. Les CDD de droit commun sont peu nombreux et en baisse par rapport à 2009 et concernent majoritairement des postes de non cadres. Les CDI se font vieillissants, tandis que les CDD rajeunissent.

Hausse des salaires annuels bruts moyen

Dans le secteur, en 2018, le salaire annuel brut moyen pour un équivalent temps plein est de 65,7 K€ pour un cadre,et de 25,6 K€ pour un non cadre. Dans les postes de cadres, le salaire augmente en fonction de l’âge du salarié : un cadre âgé de 50 à 59 ans touche ainsi en moyenne 2,2 fois plus (87,2 K€) qu’un cadre âgé de 20 à 29 ans (39,0 K€).

Pour les postes de non cadres, les salariés âgés de 50 à 59 ans touchent en revanche un salaire annuel brut moyen (29,0 K€) proche de celui des salariés de cette même catégorie âgés de 20 à 29 ans (21,7K€). En 2018, le salaire moyen brut pour un non cadre est toutefois le plus haut de la décennie, à 25,6K€ contre 22,8K€ en 2009.

Les métiers de l’animation

Trailer de Dinosaurs: The True Story, le court métrage réalisé par la promo 2020 de l’axe Animation 3D de l’IIM.

Les métiers d’animateurs sont les plus répandus dans le secteur. En 2018, ces métiers (2D, 3D, infographistes, …) représentent plus du quart des employés du secteur. Leur poids dans la masse salariale globale est légèrement inférieur (24,5%). A l’inverse, le poids des métiers de la gestion de production est plus important dans la masse salariale que dans les effectifs.

De même, le poids des fonctions supports dans la masse salariale représente plus du double de leur poids dans les effectifs. Cette dernière catégorie, composée principalement d’emplois permanents, regroupe entre autres les métiers de directeur de studio, comptable ou encore assistant administratif.

De manière générale, les femmes sont moins représentées dans les métiers techniques : en 2018, 36,6% des métiers identifiés du secteur de l’animation et des effets visuels sont occupés par des femmes. Ces dernières sont peu présentes dans les emplois de développement/exploitation des pipelines, de TD/infographiste développeur et dans les métiers de la R&D.

Elles sont en revanche plus présentes dans les professions ayant trait à la distribution (chargé de ventes internationales, commercial) et à la gestion de production et des fonctions support. Les métiers de « scan, trace et colorisation » sont la seule famille de métiers de techniciens dans laquelle la part de femmes est supérieure à celle des hommes. Dans les métiers d’animateurs, catégorie la plus représentée au global, la part des femmes est en hausse.

Intéressé(e)s par l’Animation 3D ? Retrouvez tous les programmes sur le site de l’IIM, Grande École du Digital.