Rémi, promo 2025, fondateur d’une micro-nation et attaché presse des Jeunes de France

micro-nation ferthroy

Rémi Leprince-Ringuet, étudiant du bachelor Communication Digitale & E-business, a eu l’idée atypique de fonder sa propre micro-nation alors qu’il était au lycée : Ferthroy. Étudiant très engagé et actif, il apprend les rouages de la gestion d’un État en plus des métiers du digital.

Chef d’État de la principauté de Ferthroy, attaché presse au sein de l’association des Jeunes de France, communicant chez la Joute de Vinci (l’association d’éloquence du Pôle Léonard de Vinci) et membre d’IIMPACT (le club école de l’IIM) : Rémi est un futur expert de la communication digitale au parcours original avec déjà beaucoup d’expériences à mettre sur son CV.

« La vie d’un prince souverain, à la tête du micro-nation, est celui d’un chef d’État. Ce titre m’amène à échanger et être en relation avec la municipalité d’Orgeval, mais également avec d’autres élus comme des parlementaires par exemple. Au quotidien, je gère les affaires courantes, la relation avec mon gouvernement, la supervision des projets en cours, et je me charge de représenter Ferthroy et ses citoyens aux yeux de nos partenaires micronationaux et des autorités des pays où se situe Ferthroy, comme la France. » – Rémi Leprince-Ringuet, promo 2025 et chef d’État de la micro-nation de Ferthroy.

Pourquoi avoir choisi l’IIM et le bachelor Communication Digitale & E-business ?

J’ai fait ma rentrée à l’IIM en février 2021 avec le programme Restart. Une rentrée en décalé me permettant ainsi de rester à Singapour auprès de ma famille pendant encore quelques mois après le passage du baccalauréat : non seulement je prenais moins de risques niveau Covid-19 en restant là bas, mais cela m’a aussi permis de réaliser deux stages en entreprise avant de revenir en France. Je suis actuellement en deuxième année de bachelor Communication Digitale & E-Business. Niveau assos, J’ai rejoint l’an dernier IIMPACT, qui est le club-école de l’IIM, et depuis cette année je m’occupe du LinkedIn de La Joute de Vinci, l’association de débat et d’éloquence du Pôle Léonard de Vinci.

J’ai découvert l’IIM en seconde, par le bouche à oreille, via un ami. Après être allé à une porte ouverte, j’étais convaincu que cette école pourrait me plaire : j’ai été conquis par les locaux, la présence des deux autres écoles de management et d’ingénieur, et surtout l’accueil de qualité qui nous a été réservé.

J’ai alors intégré l’IIM l’année dernière, en étant d’abord intéressé par le Bachelor Coding & Digital Innovation. C’est au final au bachelor Communication Digitale et E-Business que j’ai décidé de postuler pour ma deuxième année. La communication digitale, qu’elle soit externe, institutionnelle ou encore politique, c’est ce qui fait la visibilité et la vitrine de chacune de nos organisations, institutions, entreprise ou évènements dans notre monde. C’est quelque chose qui prend de plus en plus de place dans notre vie de tous les jours et que je trouve fascinant.

Quel est ton parcours au sein de la Fédération des Jeunes de France ?

micro nation ferthroy remi leprince ringuet - Rémi, promo 2025, fondateur d'une micro-nation et attaché presse des Jeunes de France

Inauguration des vestiges de l’abbaye d’Abbercourt à Orgeval. Rémi y représente les Jeunes de France et sa principauté, Ferthroy, avec le Maire d’Orgeval et la Députée de la circonscription d’Orgeval.

Les Jeunes de France est une association qui a le statut de fédération depuis le début d’année et qui représente les jeunes au parlement. Son fonctionnement est simple, la fédération s’articule autour du bureau national, des coordinateurs régionaux ainsi que les délégations nationales. J’ai rejoint cette association en juin 2021 et je la considère importante car elle regroupe un peu tout ce que j’ai eu l’occasion d’accomplir en terme d’engagement toute ces dernières années. J’ai notamment eu l’opportunité d’être Conseiller Municipal des jeunes d’Orgeval (78), élu au Conseil de Vie Lycéenne de l’International French School of Singapore, Chef Scout à Singapour ou encore délégué de classe l’année dernière. De ce fait, rejoindre les Jeunes de France me semblait tout trouvé, comme une sorte de continuité dans mes activités.

Au sein des Jeunes de France, j’ai d’abord fait partie du pôle des Jeunes Français de l’Étranger, étant un ancien expat de Singapour, avant de rejoindre l’équipe communication de ce pôle, en tant qu’attaché de presse. Ma fonction est alors de faire le relais entre la presse/les médias, et le pôle des Jeunes Français de l’Étranger.

A l’approche d’une Assemblé Générale de l’association en juillet, j’ai pris l’initiative de candidater au poste de coordinateur régional pour la région Ile-de-France ainsi que de me présenter au Conseil d’Administration.

Ainsi, je suis actuellement le Co-coordinateur Régional des Jeunes de France en Ile-de-France, l’attaché de presse des Jeunes Français de l’Étranger ainsi que élu au Conseil d’Administration de l’Association.

Au niveau des actions que j’ai pu entreprendre, la première grande action est ma participation, en tant que représentant de l’association, au manifeste des Jeunes Normands Conquérants, un événement qui s’est déroulé à Deauville en octobre dernier et qui a fédéré pas moins de 8 associations, dont les Jeunes de France, autour du thème de l’engagement de la jeunesse en politique et la lutte contre l’abstention aux élections, en vue du scrutin présidentiel. De ce rassemblement a découlé une tribune parue dans le journal Le Point.

Pourquoi créer une micro-nation ?

remi leprince ringuet iim micronation ferthroy - Rémi, promo 2025, fondateur d'une micro-nation et attaché presse des Jeunes de France

Photo prise lors de l’adoption et la signature du Manifeste des Jeunes Normands Conquérants pour l’engagement de la jeunesse et la lutte contre l’abstention en vue de la Présidentielle. Rémi y représente la Fédération des Jeunes de France avec un collègue.

La base de cette idée de micro-nation remonte à environ deux ans, pendant une discussion avec un ami à Singapour. Il me parlait d’un site Internet pour un empire fictif qu’il avait réalisé dans le cadre d’un devoir en informatique. Curieux de savoir comment fonctionnait la création d’un État ou d’un pays, j’ai décidé d’expérimenter en imaginant le mien, avec quelques amis : idée loufoque ? Peut-être au début, mais pas tant que ça en réalité, quand on voit le chemin que l’on a parcouru et ce que l’on est devenu. On peut en être fiers !

La principauté de Ferthroy, en plus de la visée ludique et pédagogique de départ, a pris un virage vers le culturel en décembre 2020 à la suite de l’annonce de la revendication de la commune d’Orgeval, dans les Yvelines, avec cette fois l’idée de pouvoir faire la promotion de son territoire, de son patrimoine, peut être même de ses environs également. Cette information a été partagée par le quotidien Le Parisien, et c’est moins d’un an après, en juin 2021, qu’on a annoncé la fondation de l’Association pour la Gestion des Activités de Ferthroy (AGAF), ce qui a fait l’objet d’un article dans Actu.fr.

Après une telle évolution, on ne compte pas s’arrêter là. Il me semble important, surtout à l’approche des élections présidentielles, de bien comprendre le système dans lequel on vit, de son organisation, de sa gouvernance, etc. C’est quelque chose de primordial afin d’appréhender notre vie future, en tant que génération qui en sera l’actrice principale dans les années à venir. Faire vivre et partager cela à ses citoyens, et même bientôt à l’extérieur, fait partie de ce qui anime Ferthroy.

Comment créer une micro-nation ?

Une micro nation, c’est, par définition, un État non reconnu. Créer une micro-nation revient donc à créer un État de toute pièce. Pour ce faire, il faut se référer à la convention de Montevideo afin de respecter au maximum les quatre conditions qui fait d’un État, un État : un territoire définit, un gouvernement, une population permanente et les moyens pour cet État d’entrer en relation avec d’autres États.

Chaque micro-nation n’est pas fondée de la même manière et pour les mêmes raisons. Peu importent les systèmes politiques ou les régimes de gouvernance, chacune à sa raison d’être et ses objectifs qui lui sont propres. Il n’y a pas de procédure a proprement parlé, étant donné que c’est un État non reconnu, ce n’est pas une association, il n’y a donc pas de formulaire à remplir ou de déclaration à faire.

Si vous voulez créer une micro-nation, ce que je pourrais suggérer pour commencer serait de s’assurer de respecter les critères de la convention de Montevideo, rédiger une constitution afin de mettre noir sur blanc le fonctionnement de l’État, se faire connaitre sur la scène micronationale, par les autres micro-nations, développer ses symboles nationaux, son identité…

Ferthroy a donc été fondé en septembre 2019, il y a maintenant plus de deux ans de cela. Ce qui était censé n’être qu’une expérience en petit comité c’est vite transformée, au fil du temps, en incroyable aventure humaine autours de valeurs comme la fraternité, l’engagement, l’amitié, la bienveillance, l’apprentissage ou encore la transmission.

Quel est le fonctionnement de la principauté de Ferthroy ?

blason principaute ferthroy - Rémi, promo 2025, fondateur d'une micro-nation et attaché presse des Jeunes de France

Blason de la principauté de Ferthroy, micro-nation fondée par Rémi.

La principauté de Ferthroy s’articule aujourd’hui autour de deux institutions principales : le bureau princier, avec le Prince a sa tête, et le gouvernement, avec le premier ministre, les ministres et les agences satellites. Nous avons également le corps diplomatique, ainsi que chacun et chacune qui s’engage pour nous faire évoluer et grandir.

Actuellement, après deux ans d’existence et d’expérience, Ferthroy compte plus de 100 citoyens autours du globe, avec une présence multinationale et un gouvernement toujours aussi motivé et uni pour faire vivre les valeurs qui nous animent. Ferthroy a su se faire une place sur la scène micronationale en ayant intégré, depuis bientôt un an, l’organisation de la MicroFrancophonie, organisation internationale regroupant les plus grandes micro-nations de France et francophones, dont j’ai été élu Secrétaire Général Adjoint à la Culture et à la Francophonie pour deux ans.

La micro-nation a été fondée à l’origine pour découvrir et faire découvrir le fonctionnement et l’organisation d’un État, à nous, les citoyens, mais également aux non-citoyens et sympathisants. Plusieurs actions concrètes sur le terrain sont d’ores et déjà en préparation en coulisse. Malgré le fait qu’on soit surtout tournés vers les jeunes, l’obtention de la citoyenneté ferthroyenne est ouverte à tous et toutes sans aucune distinction, il suffit de vous rendre sur notre site internet dans l’onglet « citoyenneté ».

En juin dernier, j’ai fondé l’association pour la gestion des activités de Ferthroy : une association loi 1901 qui a, comme son nom l’indique, pour objet la gestion des activités de la principauté de Ferthroy. Son statut d’association de droit français nous permet de réaliser des actions que nous ne pourrions pas en tant que micro-nation non reconnue, je pense notamment à l’ouverture de comptes bancaires, le fait de manipuler de l’argent légalement, de réserver des salles ou encore tout simplement de disposer d’une personnalité morale reconnu par l’administration française. Un atout pour nous et nos projets futurs. L’Association pour la Gestion des Activités de Ferthroy (AGAF) est pour nous un outil, et à l’inverse, pour les actions de l’association, la micro-nation servira également de vitrine pour cette dernière.

N’hésitez pas à suivre les réseaux sociaux de la principauté de Ferthroy, pour ne rien louper de notre actualité, notamment du gouvernement, sur Instagram, Twitter et Facebook, et si vous êtes motivés, vous pouvez aussi effectuer votre demande de citoyenneté dès à présent. Vous ne le regretterez pas !

De plus, pour les jeunes motivé et engagé, soucieux de leur avenir et ayant envie de pouvoir y contribuer à leur échelle, qu’il n’hésitent pas à adhérer à la Fédération des Jeunes de France directement sur leur site internet. 

Intéressés(e)s par les métiers du digital pour vous aider à réaliser vos projets ? Retrouvez toutes les formations au digital sur le site de l’IIM Digital School.