Pixel War : la France s’impose dans la guerre des pixels sur Reddit

Sans titre317 - Pixel War : la France s'impose dans la guerre des pixels sur Reddit

Créer une œuvre d’art numérique, tel était l’objectif de base du subreddit r/Place, lancé le 1e avril. Le projet est très vite devenu une guerre de pixels entre les streamers du monde entier, et la communauté française a particulièrement brillé.

Une pixel war sans merci qui prouve l’efficacité et la solidarité des streamers français.

Qu’est-ce que la Pixel War ?

Sans titre315 - Pixel War : la France s'impose dans la guerre des pixels sur Reddit

La version finale de l’œuvre réalisée sur le subreddit r/Place

La pixel war, ou guerre des pixels, et le phénomène qui a émergé du subreddit r/Place sur le réseau social Reddit. L’idée avait déjà été lancée le 1e avril 2017, et a été reprise le 1e avril 2022. Le principe est simple, il s’agit d’un espace interactif dans lequel chaque utilisateur de Reddit peut placer un pixel de couleur toutes les cinq minutes, dans le but, au final, d’avoir une fresque collaborative en pixel art.

Sachant qu’un seul pixel peut être posé par utilisateur toutes les cinq minutes, l’idée est de s’organiser en communauté pour se coordonner et réaliser une œuvre digne de ce nom. Très vite, l’esprit chauvin des Internautes a pris le dessus, et les communautés à travers le monde se sont mobilisées pour faire apparaître des symboles de leurs pays respectifs, et prendre le plus de place possible sur la toile.

La France avait par exemple commencé par quelques drapeaux bleu blanc rouge, avec des icônes françaises comme les personnages d’Astérix, la fusée Ariane, la tour Eiffel, les Daft Punk, etc. La taille et la qualité de chaque dessin dépend alors de la réactivité et de la cohésion des membres de la communauté, car les espaces se remplissent vite, les dimensions de la toile limitées, et bientôt, le subreddit r/Place se transforme en conquête territoriale…

Les streamers français mobilisent leurs communautés sur Reddit pour gagner la Pixel War

C’est au cours du week-end du 2 et 3 avril, et plus particulièrement du dimanche soir, que la guerre des pixels a réellement éclatée avec le projet du streamer Twitch Kameto de réaliser un immense drapeau français dans le coin inférieur gauche de l’œuvre, en mobilisant toute sa communauté (1,2 million d’abonnés sur Twitch).

Pour mener à bien cette bataille, il faut des troupes, à la fois pour réaliser et défendre les œuvres françaises, mais aussi pour attaquer les ennemis en détruisant leurs œuvres pour les distraire. Bientôt, plusieurs streamers français comme Amine, Locklear et Etoiles se joignent au combat avec leurs communautés respectives. Des accords sont même passés avec d’autres pays, pour lutter principalement contre l’Espagne et les Etats-Unis.

Des tentatives de négociations finissent par être organisées entre Kameto et les leaders des camps ennemis, à la suite desquelles les français, jugés trop efficaces, sont accusés injustement de tricherie et d’avoir recourt à des bots. Pour soutenir Kameto, d’autres grands noms du stream viennent lui prêter main forte dont Zerator, le créateur de la Zevent, et Antoine Daniel, Youtubeur et streamer à l’origine des vidéos What The Cut.

La France reprend le dessus dans les derniers instants de la Pixel War

Pendant la nuit du dimanche 3 avril au lundi 4 avril, la tour Eiffel établie par les français se voit transformée en dessin de femme en sous vêtements par les camps d’en face. Aussitôt, les communautés françaises reprennent le dessus. Elles décident de ne pas reconstruire la tour Eiffel, mais plutôt de dessiner l’arc de Triomphe, comme un symbole de la future victoire de la France.

Dans la journée du lundi 4, les streamers calment le jeu en se contentant de continuer à créer de nouvelles représentations de symboles français comme Zidane en pixels, la pyramide du Louvre, Rémy le rat de Ratatouille, le Youtubeur Joueur du Grenier etc. plutôt que d’attaquer, se contenant de quelques petites baguettes placée ici et là sur la toile. Mais ils se préparent tout de même à une éventuelle offensive…

Le lundi soir, la communauté espagnole, menée entre autre par le streamer Rubius (18 millions d’abonnés sur Twitter), mène une véritable offensive contre la France dans le but de détruire ses œuvres. Ils vont jusqu’à créer des alliances non pas avec d’autres pays mais avec des communautés, comme celle de BTS (groupe de K-pop) connue pour sa capacité à se mobiliser en masse très rapidement. Le but de Rubius : remplacer l’espace occupé par la France par un logo de BTS.

Mais les streamers français résistent encore et toujours à l’envahisseur, et s’ils sont largement en infériorité numérique, ils ont un avantage incontestable : les communautés de stream françaises sont habituées à se réunir et à a collaborer sur des projets de longue durée, avec des événements annuels comme la Zevent. Les streamers se connaissent entre eux, et savent donc s’allier dans un but commun. Une solidarité qui a fini par faire défaut aux Espagnols et à leurs alliés, moins habitués à ce type d’exercice.

Après de longues heures de batailles, de négociations, d’accusations de triche, de stratégies et d’alliances, le subreddit éphémère r/Place commence à s’effacer vers 1h du matin, dans la nuit du 4 au 5. Seules des tuiles blanches peuvent être posées, et la place occupée par les français est la première à disparaître, à la grande joie des espagnols. Les deux pays, Espagne et France, revendiquent alors la victoire : le premier pour avoir complètement effacé le territoire de l’autre, le second pour avoir construit la plus grande œuvre sur la toile.

Au final, les Français ont bel et bien réussi à occuper le plus de pixels sur la toile, contrairement aux Espagnols qui, à force d’attaquer, ont peu créer. Une chose est sûre : la communauté française a fait parler d’elle, et a su prouver sa force au monde entier. Une bataille plus ou moins bonne enfant (les Espagnols semblaient vraiment vouloir défendre leur égo contrairement aux Français et aux Américains qui ont pris ça au second degré) qui marquera la sphère digitale française…

Pour gagner la pixel war, il faut s’y connaître en numérique : retrouve toutes les formations aux métiers du digital sur le site de l’IIM Digital School.