Miriam, promo 2019, Microsoft Student Partner et spécialiste Hololens

Après une semaine transverse sponsorisée par Microsoft, Miriam Djebloun a découvert le programme Microsoft Student Partner. Elle y est désormais très active et organise de nombreuses conférences sur la technologie Hololens.

Après un bac S option science de l’ingénieur, Miriam a rejoint l’IIM car elle désirait développer son côté créatif et design. Mais également attirée par les nouvelles technologies, elle a eu l’opportunité de se confronter au monde technophile avec le programme Microsoft Student Partner (MSP).

Celui-ci s’adresse à des « étudiants leaders se caractérisant par une passion à partager les technologies avec leurs camarades de classe ». Le programme leur propose de « développer des compétences professionnelles et de bénéficier d’un accès exclusif aux technologies et aux employés les plus novateurs de Microsoft ».

Un intérêt pour les nouvelles technologies

Je suis en 4e année en axe Création et design. Je suis le mastère direction artistique en alternance au sein de l’agence de communication Mano. En deuxième année, dans le cadre d’une semaine transverse avec le département soft skills, nous avons participé à un Hackathon sur le thème du handicap.

Au terme de la semaine, il était possible de gagner des places pour une journée chez Microsoft. Je suis donc allée découvrir les locaux et c’est à ce moment-là qu’ils m’ont parlé du programme Microsoft Student Partner ou MSP. Je trouvais l’idée intéressante et j’ai donc postulé.

Au-delà d’un simple programme de Microsoft, MSP réunit des étudiants de tous les horizons

C’est un programme pour les étudiants qui sont intéressés par les nouvelles technologies. Microsoft invite les MSP pendant une journée pour parler des nouveaux produits et présenter les projets. C’est ensuite à nous d’être pro-actifs et de proposer des conférences, des meet-ups ou des workshops sur des projets Microsoft.

J’ai choisi de me spécialiser sur Hololens, j’ai donc fait plusieurs conférences dessus, dans les agences où j’ai travaillé pour les stages ou l’alternance et au Pôle pour une classe de prépa. La plupart des projets sont assez techniques, on parle de développement, de machine learning, blockchain, etc. Comme je suis directrice artistique, je trouvais qu’il était compliqué de maîtriser certains sujets, de les reformuler et de les présenter ensuite.

J’ai choisi Hololens, car les thèmes de la réalité virtuelle, de la réalité augmentée, cela me parle, c’est donc plus facile pour moi d’animer des conférences sur le sujet.

Microsoft Student Partner : partage et rencontre

Le programme MSP m’a beaucoup servi lors de mon stage l’année dernière, j’ai travaillé en tant que graphiste/webdesigner au sein de l’équipe plateforme digitale de Carrefour au pôle de la direction technique, qui mettait à disposition un certain nombre de services IT sur lesquels je devais communiquer, entre autres missions.

C’était assez important de comprendre les sujets sur lesquels je travaillais. J’ai trouvé ce stage grâce au premier Hackathon Carrefour auquel j’ai participé, Back2hack avec deux amis MSP. Je n’avais malheureusement pas gagné ce Hackathon, mais au moins j’avais trouvé un stage.

Jusqu’à la fin de mon cursus, je vais continuer à réaliser des présentations. J’aimerais également que nous organisions des workshops un peu plus technique où d’autres MSP seraient speakers.

J’ai eu la chance de tester de nouveaux produits Microsoft en avant-première, comme par exemple Hololens. Avec ce programme, j’ai acquis des compétences sur différents thèmes que je ne connaissais que très peu. J’ai ouvert mes compétences et c’est ça qui est intéressant.

Ce programme m’a beaucoup apporté, j’ai énormément appris. J’ai fait de belles rencontres avec des personnes qui ne sont pas dans le même domaine que moi. Ce qui m’a attirée, c’est découvrir des personnes qui ont d’autres compétences.

Pouvoir partager nos différentes visions, entre l’artistique et la technique, a été un vrai plus. Ce programme m’a permis de rencontrer des gens passionnés, motivés et talentueux.

Quand je suis venue à l’IIM, je pensais me diriger vers l’axe métier Développement web, mais je me suis rendu compte assez rapidement que ce qui m’animait et ce qui me rendait clairement plus heureuse, c’était la créa. Et je me suis dit que l’un n’empêchait pas l’autre, parce que c’est des mondes assez opposés, mais qui se complètent.

Technique et créatif, deux mondes liés

Cela m’a aussi servi à l’école. Nous avons par exemple eu un cours sur la réalité augmentée, la réalité virtuelle et réalité mixte, et j’avais déjà des connaissances dessus. Comme je fais beaucoup de Hackathon en tant qu’UX/UI designer, j’ai pu apprendre de nouveaux éléments techniques. Dans un Hackathon, il faut savoir maîtriser un peu de tout, et cela m’a aidée à mieux comprendre ce qui se disait parfois. Cette expérience me sert à l’école comme dans la vie de tous les jours.

Miriam participe à de nombreux hackathons, ici au Back2Hack

Pendant les Hackathons, je fais toujours de belles rencontres. Je développe mon réseau tout en améliorant mes compétences. Cela m’apprend à travailler dans un temps restreint et à être très productive en peu de temps. Ces Hackathons m’obligent à réfléchir et exécuter très rapidement. En tant que créatif, cela nous apporte beaucoup de compétences auxquelles nous n’aurions pas forcément pensé.

Il peut arriver parfois de délaisser le côté technique alors que c’est aussi très important. Au final, l’innovation et la création sont liées. C’est un monde qui s’embrasse, un développeur peut avoir besoin d’un créatif et inversement.

Miriam a également participé à un Hackathon chez Louis Vuitton

Pouvoir travailler sur tous les fronts à l’IIM

J’ai choisi de venir étudier à l’IIM, car c’était une école qui me permettait de toucher un peu à tout dans le monde du design. Je pouvais faire autant du print que de l’UX/UI design, je n’étais pas restreinte dans un domaine. Ici, j’ai la possibilité d’ouvrir mes horizons et j’ai pu faire mon choix après être rentrée. L’emploi du temps me permet aussi d’avoir du temps à côté pour être directrice artistique freelance et travailler mes projets personnels.

L’IIM m’a également apporté du réseau. Grâce à l’école, j’ai pu devenir Microsoft Student Partner, je n’aurais jamais connu le programme autrement.

J’ai beaucoup appris à m’organiser. De la première à la troisième année, nous avons souvent des après-midis de libre, cela nous aide à nous organiser et à être autonome. Si nous avons ce temps-là de disponible, autant l’utiliser pour faire quelque chose à côté. C’est justement en rentrant à l’IIM que je me suis lancée en freelance. Je voulais améliorer mes compétences et j’avais le temps pour le faire, et j’ai ainsi eu des premiers contacts avec des clients. Je me prépare dès maintenant à mon futur.

Le dessin est la première passion de Miriam depuis toujours

Des conseils ?

Je pense qu’il faut être extrêmement curieux et ne pas rester sur ses acquis. Il est important de ne pas se contenter de ce que nous avons et d’aller chercher plus loin. Par exemple, le fait de n’avoir cours que le matin ou l’après-midi, c’est un plus. Il faut en profiter de ces heures libres pour approfondir et faire des recherches. Et surtout être éveillé et curieux.

Intéressé-e par les métiers du design ? Découvrez l’axe métiers Création et Design de l’IIM.