Louise, promo 2022, créatrice de « Bullet journal »

une louise ougier - Louise, promo 2022, créatrice de "Bullet journal"

Louise Ougier, en année préparatoire à l’IIM, est devenue experte dans la création de bullet journal. Depuis quelques années, ce support est devenu une nouvelle tendance 100 % DIY (Do it yourself) pour mieux s’organiser.

Passionnée de dessin et de DIY, Louise a commencé à utiliser le « bullet journal » à son entrée à l’IIM. Ce nouvel agenda, optimisé par et pour la personne qui l’utilise, est un système d’organisation et de gestion des tâches qui permet d’améliorer sa productivité. Ce système l’a aidée à mieux s’organiser et lui permet de découvrir de nouvelles techniques de création.

La création au cœur de la formation

J’ai fait un bac S avec spécialité Informatique et Science du Numérique (ISN), je connaissais donc déjà le code. Après avoir eu mon bac, j’hésitais entre EPITA, une école d’ingénieurs en informatique, et l’IIM qui était plus artistique. Comme j’ai réussi le concours d’EPITA, je me suis dit que j’avais le niveau pour y aller. En fin de compte, j’ai réalisé que cette école ne me plaisait pas. Ce n’était pas ce que je voulais faire. J’ai donc arrêté en juin et j’ai constitué le dossier pour rentrer à l’IIM.

Je me rends compte que l’IIM me correspond beaucoup mieux, je suis bien contente d’avoir changé d’orientation.

Au niveau du format des cours, je me sens plus à l’aise à l’IIM. Nous faisons beaucoup de projets. C’est moins de théorie et plus de pratique. Il y a beaucoup de découverte des logiciels et nous réalisons des travaux différents au cours de l’année.

En année préparatoire, nous pouvons découvrir les cinq axes métiers de l’IIM. Nous étudions un peu de tout dans les différents domaines du digital, et c’est vraiment bien. Cela me va beaucoup mieux comme fonctionnement, plutôt que d’apprendre tout par cœur et réciter.

bullet journal paysage japonais - Louise, promo 2022, créatrice de "Bullet journal"

Pour chaque mois, Louise utilise un thème et un style différent. Ici, elle s’est inspiré d’une estampe japonaise avec de l’aquarelle et un marqueur noir

L’IIM, une école de passion

En soi, tout me plaît donc j’ai eu du mal à choisir un axe. Mais au final, là où je me sens le mieux, c’est l’axe Création et Design. J’ai toujours été dans le dessin, je suis un personne très manuelle, je fais beaucoup de créations DIY. J’en fais depuis des années. La 3D, j’aime bien, mais je n’aurai pas la patience, le code aussi, mais il y a moins cet aspect de passion.

La Création et Design, cela me plairait d’en faire mon métier.

bullet journal illustration alien - Louise, promo 2022, créatrice de "Bullet journal"

Louise peut laisser parler sa créativité tant dans ses projets personnels que professionnels

Bullet journal : optimiser son temps lors de ses études supérieures

J’ai découvert le concept de bullet journal en juillet dernier. Jusqu’au lycée, j’avais un agenda classique et cela ne me dérangeait pas. Mais à partir des études supérieures, je n’arrivais plus du tout à m’en servir régulièrement. J’ai eu plus d’obligations, entre la recherche de stage, les rendez-vous importants, etc. Si je les oubliais, c’était plus grave qu’au lycée. Il me fallait donc autre chose.

J’ai essayé le bullet journal, parce qu’il y avait aussi un côté créatif qui me paraissait sympathique. J’ai fait quelques essais en août, j’ai ensuite acheté un carnet et à la rentrée de septembre, j’ai commencé à l’utiliser.

Aujourd’hui, je ne regrette vraiment pas d’avoir fait ce choix. Non seulement, je m’organise beaucoup plus, mais cela me permet aussi d’effectuer des tests créatifs.

Je peux travailler le dessin, la mise en page, les typographies. Plein d’éléments que nous voyons dans les cours de création et design. Je pense que je vais continuer à le garder pendant au moins mes cinq années d’études.

Je vois bien que le bullet journal m’a vraiment aidé pour cette année préparatoire. Nous avons souvent des dates très éloignées à noter, et dans un agenda, je n’ai pas le réflexe de regarder au-delà de la semaine ou parfois du mois. Alors que là, je me suis fait un calendrier au début de l’année, sur deux pages, et je le consulte assez régulièrement.

Je peux repérer toutes les dates importantes. Tout est bien rangé, bien répertorié, c’est beaucoup plus rapide.

bullet journal mars - Louise, promo 2022, créatrice de "Bullet journal"

La mise en page, le style, la typographie sont pensés minutieusement dans un bullet journal

Conjuguer hobbies et formation

Il y a des communautés autour du bullet journal. Les membres partagent ce qu’ils font, se donnent des conseils, etc. Mais c’est un concept très personnel.

Certains comptent leurs heures de sommeil, ou combien de fois ils boivent de l’eau par jour par exemple. Personnellement, je me suis mise à répertorier les jours où je dessine, ce que tout le monde ne fait pas.

C’est difficile d’en faire pour les gens, mais on peut toujours en inspirer certains. Dans un cours d’E-business, nous devions créer une box, j’ai donc décidé de la tourner vers l’univers du bullet journal.

Les intervenants ne connaissent pas toujours, donc ils se montrent assez curieux. Lors du café des axes, je l’ai également présenté à la responsable de l’axe Création et design, Fadela Moizard, et il y a eu des bons retours.

À côté du bullet journal, je dessine aussi beaucoup. Je fais également de la couture, du craft, pour des accessoires par exemple. Je fais des bijoux, et un peu de graphisme digital. Comme je fais du jeu de rôle je customise des boîtes pour les dés et des costumes.

dessin portrait femme - Louise, promo 2022, créatrice de "Bullet journal"

Que ce soit pour ses cours ou pour elle, Louise dessine régulièrement

Être polyvalent

Avec l’IIM, je peux avoir de meilleurs logiciels, comme la suite Adobe, et c’est beaucoup plus pratique pour tous mes travaux. Nous apprenons aussi beaucoup de techniques en cours auxquelles je n’aurais pas pensé. En dessin, par exemple, je me sers de 3Ds Max pour pouvoir faire des poses et ainsi j’ai quelque chose de plus réaliste sur papier, au niveau de l’anatomie.

À l’IIM, il y a une ambiance très créative. Quand on travaille, nous pouvons voir ce que les autres font, c’est inspirant et ça permet d’avoir des idées nouvelles.

Depuis que je suis rentrée dans cette école, je trouve que je suis beaucoup plus productive sur tous mes travaux personnels.

En création et design, il y a toujours un lien avec les autres axes. Tout ce qu’on apprend en année préparatoire va nous servir. Ce n’est pas du savoir perdu. Même si j’ai encore du mal à me projeter pour la suite, je sais que les stages que l’on va effectuer vont m’aider. Pendant les cinq années de formation à l’IIM, je vais apprendre de plus en plus, comprendre dans quoi je suis le mieux, là où je me sens le plus à l’aise. Je vais ensuite avoir une idée plus précise de ce que je veux faire.

Des conseils ?

Il faut se lancer et oser. Si tu as une idée, il vaut mieux tester, comme ça tu es sûr du résultat. Peut-être que le rendu ne sera pas super, mais au moins ce sera fait. Plus tu crées, plus tu vas avoir de nouvelles idées et tu vas te renouveler.

C’est aussi important d’apprendre des erreurs que l’on peut faire. Il ne faut pas hésiter à aller chercher de l’inspiration ailleurs, par exemple sur internet, les réseaux sociaux. Je vais beaucoup sur Pinterest pour chercher des idées. Il faut être assez curieux et ouvert d’esprit, observer différentes techniques pour progresser. Et surtout beaucoup pratiquer.