Laure-Line, promo 2017, e-Commerce Executive chez Smartbox à Dublin

laure line dublin ecommerce iim - Laure-Line, promo 2017, e-Commerce Executive chez Smartbox à Dublin

Laure-Line Blateyron réalise son rêve de vivre dans un pays anglophone. Actuellement employée par  le groupe Smartbox, elle travaille à Dublin. A proximité des plus grandes entreprises mondiales tout en étant dans une ville où il fait bon vivre, le trèfle Irlandais lui porte chance…

Laure-Line a directement intégré l’IIM en troisième année en 2014, au sein de l’axe Création & Design. Elle a effectué son stage de six mois en tant que chef de projet dans l’agence e-commerce Webpopulation, qu’elle a ensuite prolongé en CDD tout l’été.

En fin de quatrième année, elle a travaillé dans la même agence pour ensuite enchaîner avec son contrat de professionnalisation en dernière année. Elle a toujours voulu travailler dans un pays anglophone européen.

Travailler dans le e-commerce pour le marché français depuis l’étranger

laure line iim ecommerce - Laure-Line, promo 2017, e-Commerce Executive chez Smartbox à Dublin

Balade dans les plaines vertes d’Irlande…

Peu après mon arrivé à Dublin, je me suis fait débaucher par une des agences de recrutement de Smartbox. Actuellement, je travaille en tant qu’e-Commerce executive pour le marché français et spécialisée sur la satisfaction client sur l’ensemble du groupe.

Sur le marché français, je m’assure que le site e-commerce fonctionne bien, que les produits se vendent et que les promotions sont correctement préparées durant l’année. Je fais aussi la liaison avec les équipes B2B. Le marché français étant le plus important en terme de gamme de produits mais aussi en terme de chiffre d’affaire, nous avons très peu droit à l’erreur.

Pour améliorer le site, je me base essentiellement sur la satisfaction clients en faisant du reporting sur leur utilisation de l’interface. J’analyse les interactions et les moments de frictions lors du parcours d’achat, la vitesse du site, les appels clients, etc. Ce poste possède beaucoup d’enjeux puisqu’une grande partie de la stratégie digitale est basée sur les analyses clients.

A l’heure actuelle je souhaite rester encore un ou deux ans sur Dublin. Par la suite, je voudrais revenir en France et continuer dans l’e-commerce pour une entreprise internationale et avoir la possibilité de travailler sur les marchés étranger.

Have a whale of a time à Dublin !

dublin iim irlande laure line ecommerce - Laure-Line, promo 2017, e-Commerce Executive chez Smartbox à Dublin

Dublin, à 20 minutes de la plage

Je voulais travailler à l’étranger dans un pays anglophone tout en restant en Europe afin de pouvoir rentrer rapidement si besoin. Suite au Brexit, Londres n’était plus vraiment une option. Dublin est une ville à taille humaine, tout peut se faire à pied. La plage est à 20min.

Toutes les grandes entreprises se trouvent à Dublin et recrutent massivement. Le nombre d’expatriés étant très important, il y a un fort mix culturel. Mais surtout l’Irlande est un petit pays avec de magnifiques paysages…

Le travail à Dublin est totalement diffèrent de celui en France, le management à l’anglophone est beaucoup plus souple. J’ai une liberté ici que je n’avais pas en France. Je dois travailler 39 heures dans la semaine, mais c’est moi qui gère mon temps. Si je souhaite commencer tôt ou tard, prendre beaucoup de pause ou aucune, c’est mon choix.

Nous avons beaucoup de formations afin de nous faire évoluer dans l’entreprise. On nous demande souvent notre opinion sur nos collègues, ce que l’on pense de l’entreprise, ce qu’on voudrait améliorer. Si nous sommes en sous effectif, on ne nous demande pas de travailler double afin de compenser, les managers priorisent simplement nos missions, nous aident sur d’autre, et expliquent à la direction que certaines choses ne seront pas faites et que le budget ne sera pas atteint si nous ne recrutons pas rapidement.

iim dublin ecommerce laure line - Laure-Line, promo 2017, e-Commerce Executive chez Smartbox à Dublin

Une ville dynamique, accessible et cosy.

Ce sont des choses simples, mais après avoir travaillé en agence et surtout en tant que stagiaire, les anglophones mettent un point sur le bien-être de leurs employés quand en France la production est souvent préférée.

La communauté d’expatriés étant importante, nous apprenons sur les différentes cultures au niveau mondial. Cela nous permet d’avoir une ouverture sur le monde et de se créer des contacts. Tout est accessible rapidement et les Irlandais sont toujours prêts à nous aider.

La difficulté avec Dublin est qu’en revanche, il est compliqué de se faire intégrer par les Irlandais. Les expatriés restent entre eux et les Irlandais de leur côté. La plupart des gens restent entre un et quatre ans ce qui implique beaucoup de départs. La ville grandit trop vite et les infrastructures ne suivent pas toujours. Il faut beaucoup de temps afin de trouver un appartement et il faut être sur place près à visiter dans l’heure qui suit.

Les Irlandais sont généreux et fêtards. Chaque année, en décembre la ville entière fait ce que l’on appelle les « 12 pubs ». L’idée est de faire la tournée de 12 pubs dans une soirée ou chaque pubs a une thématique, tel que boire de sa main gauche, parler avec un accent autre que le sien, commander un verre sans parler. Tout le monde doit porter un pull ridicule de noël. Ce sont toujours des soirées où on rencontre beaucoup de monde et où se font de nombreux souvenirs.

L’IIM ouvre la voie aux fans du digital avides de nouvelles cultures

Au début, je voulais m’orienter vers l’audiovisuel et travailler dans des studios d’enregistrement. J’ai fait un premier DUT SRC avant l’IIM dans lequel j’ai découvert d’autres aspects du digital qui m’intéressaient et j’ai choisi de me rediriger vers ce domaine de métiers. Je souhaitais avant tout m’orienter dans la gestion de projet tout en continuant d’élargir mes compétences. J’ai choisi d’intégrer l’IIM car l’école couvre une grande partie du marketing digital, aussi bien stratégique que graphique.

La capacité d’adaptation est pour moi la meilleure soft skill que m’a appris l’IIM : chaque semaine nous avions un sujet diffèrent que nous devions développer rapidement en équipe ou seuls. Mon travail est similaire, je dois traiter des sujets différents chaque semaine et travailler avec des équipes qui bougent souvent.

Je conseillerais aux étudiants qui veulent partir à l’étranger de ne pas s’inquiéter de leur niveau d’anglais. Les entreprises sont habituées à voir des gens avec des accents différents et des niveaux différents. Elles seront toujours prêtes a les aider. L’accent à Dublin n’est pas si compliqué (comparé au reste de l’Irlande). Beaucoup arrivent en ayant un niveau très bas et les entreprises proposent souvent des cours d’anglais pour ceux qui veulent.

Intéressé(e) par les métiers de la création ? Retrouvez tous les axes métiers sur le site de l’IIM, Grande Ecole du Digital.