Léonard de Vinci, le slasheur originel

apprendre de leonard slasheur iim - Léonard de Vinci, le slasheur originel

Apprendre de Léonard – Partie 4. A l’occasion des 500 ans de la mort de Léonard de Vinci, les écoles du Pôle Léonard de Vinci reviennent sur les traces du génie pluridisciplinaire dont l’influence est encore ressentie aujourd’hui. Quatrième épisode de la série « Apprendre de Léonard » avec Virak Mey, responsable de l’axe préparatoire/ReStart et de l’axe Développement Web de l’IIM.

Léonard de Vinci avec sa curiosité insatiable et sa volonté d’explorer plusieurs domaines lui permettait d’embrasser différentes professions telles que : inventeur, artiste peintre, écrivain, géologue, anatomiste, musicien, mathématicien, architecte, sculpteur, botaniste, cartographe, etc. Leonard de Vinci a été, à son époque, le 1er « Slasheur » (ou Polymathe, terme utilisé à la Renaissance) en choisissant de travailler en vision « multi-savoirs » afin d’y trouver un épanouissement et un enrichissement personnel qui lui ont permis d’être l’homme et la figure emblématique que nous connaissons aujourd’hui.

Slasheur : multitâche/polyvalent/touche-à-tout

De nos jours, être slasheur/slasheuse est une tendance qui est de plus en plus en forte. En 2011 d’après l’INSEE, ils étaient 2,2 millions et à l’heure actuelle plus de 4,5 millions en France. Le terme slasheur désigne une personne ayant et voulant avoir plusieurs activités professionnelles pouvant n’avoir aucun lien entre elles, en référence au signe typographique « / » (slash en anglais) qui permet de cumuler et de séparer plusieurs éléments distincts dans le contexte d’une syntaxe. Cette volonté répond à une envie d’équilibre et d’épanouissement personnel et professionnel. De plus, ils ont en dénominateur commun d’assumer la fin d’un dictat de l’unique « CDI mère » et « cage dorée », seule source de développement personnel et professionnel, leur permettant ainsi d’être de véritables acteurs polymorphes et transverses de leur vie.  Mais surtout, ils luttent contre la routine/l’ennui, ils ne veulent plus se restreindre à seul choix (professionnel). Ils désirent sortir d’une norme anxiogène, bref, être libres.

Dans une société qui ouvre et nous connecte avec les portes du monde et du savoir via le digital, nous avons la possibilité d’avoir plusieurs expériences de vie personnelle ou professionnelle. C’est ainsi que ces profils d’un nouveau genre viennent bouleverser les codes de carrière demandant aux entreprises de s’adapter et de comprendre ces nouveaux inventeurs contemporains. Ces fameux slasheurs répondent également, dans le même temps, à ce besoin RH d’aujourd’hui :  les entreprises sont continuellement à la recherche de profils mixant polyvalence et autonomie de ce type afin de les accompagner dans leur quête d’agilité organisationnelle et managériale .

En effet, Ils sont à la fois ingénieurs/blogueurs/comédiens ou bien entrepreneurs dans le secteur de la fintech/ photographes/coachs d’une équipe de foot junior, etc. Ayant la faculté d’être « multi-tasking », leur capacité à être de vrais créatifs et spécialistes aux compétences hybrides dans divers domaines, à proposer des expertises innovantes décloisonnées d’une vision corporatiste, constituent des atouts importants au sein de ces entreprises.

Cette polyvalence additionnée au goût pour l’aventure n’est plus considérée comme, de manière très passéiste , « un manque de stabilité ». Elle devient une philosophie de vie. Nous pouvons constater que le monde se transforme en allant dans ce sens ;  il suffit de voir l’explosion des statuts d’auto entrepreneur ou l’engouement pour les nombreuses startup que nous avons en France, car il est bien question de trouver du sens, pour ces slasheurs à travers divers expériences. À l’instar de Léonard de Vinci,  de nombreuses figures connues sont aussi des slasheurs ayant eu plusieurs vies dans une vie :

Coluche : fleuriste/comédien/humoriste/politicien/fondateur des resto du cœur

Karl Lagarfeld : photographe/directeur artistique/vidéaste/patron de librairie.

Gandhi : avocat/philosophe/résistant/diplomate/gardien de la paix

Jim Carrey : acteur/artiste peintre

Gwyneth Paltrow : actrice/écrivaine de livres de cuisine

Beyonce : chanteuse/fondatrice de son entreprise de livraison de plats vegans

Michael Jordan : sportif/créateur de sa propre marque de streetwear

Dr.Dre : rappeur/producteur/co-concepteur des casques beats by Dre

Will I.am : producteur/chanteur/directeur de l’innovation chez Intel

Léonard de Vinci, influenceur des slasheurs et des jeunes étudiants du digital

Léonard de Vinci est en quelque sorte le slasheur originel. Motivé par l’excitation de comprendre et d’aller plus loin dans la compréhension des choses, il était un être unique à son époque. Aujourd’hui, heureusement, tout comme lui, ces slasheurs et slasheuses, dignes héritiers de son hyper curiosité, ayant la capacité à apprendre de multiples savoirs, vont sans conteste changer le futur.

Lors de l’année préparatoire de l’IIM nous formons à la curiosité et au goût du multi-savoir. Véritables profils en T, les étudiants reçoivent une formation généraliste aux métiers de la Communication Digitale et e-business, Développement Web, Création et Design, Jeux vidéo, Animation 3D, embrassant simultanément le rôle de communicant/programmeur/modeleur 3D/infographiste/game designer.

En 2ème année et tout au long de leur cursus, ils se spécialiseront dans l’un de ces domaines tout en gardant des compétences dans chacun des autres axes. Avec cette transversalité, ils sont déjà éveillés à devenir de futurs slasheurs et slasheuses avec l’optique, un jour, d’entreprendre à leur tour ou d’apporter une valeur ajoutée au sein des structures qu’ils intégreront grâce à leurs diverses expériences en « slash », nourrissant ainsi leur multi-potentialités.

Image de mise en avant : Léa Amati